Tristan Murail: CD enregistré par Martine Vialatte

texte de georges Kan:

CLOCHES D'ADIEU ET UN SOURIRE

 

Dans « Cloches d'adieu et un sourire, in memoriam Olivier Messiaen», Tristan Murail fait face au compositeur disparu en citant de lui quelques bribes de «Cloches d'angoisse et larmes d'adieu». Mais ici, au lieu de résonner indéfiniment,les accords s'éloignent comme des oiseaux insaisissables revenus chanter une dernière fois. Cette vallée des cloches évoque le souvenir, le discours, le style, la mémoire des sons en quelques sorte.

 

 

Tristan Murail: CD enregistré par Martine Vialatte

texte de georges Kan:

TERRITOIRES DE L'OUBLI

 

«Territoires de l'oubli» chef-d’œuvre composé pour un piano traité en harpe éolienne, semble hérité du concept debussyste du Prélude. Il s'agit en fait d'une expérience, d'une performance au style aléatoire bien que composée et notée de façon stricte et rigoureuse, laissant enfler puis s'éteindre des sonances carillonnantes dont certaines ne sont pas sans rappeler les couleurs extatiques du piano d'Olivier Messaien, maître de Tristan Murail. Comme dans un mobile de Calder, les strates mises en mouvement s'épuisent progressivement, tout en se chevauchant, tout en interférant les unes avec les autres, pour créer un immense terrain de jeu, un espace fait de territoires, véritables réminiscences basées chacune sur un accord intriguant, unique et reconnaissable, spectral par ce qu'il épouse de partiel, au plus intime du son. Cette immense fresque semble ne jamais finir, on voudrait que cela ne cesse jamais, si ce n'était ce mi bémol répété qui annonce et théâtralise la coda, clôturant l'exorcisme virtuose et libérateur.