Article CD Debussy-Murail, revue Crescendo, 12 janvier 2021

 

Echos et résonances. Claude Debussy (1862-1919) : Préludes-Premier livre ; Tristan Murail (né en 1947) : Cloches d’adieu et un sourire, Territoires de l’oubli.  Martine Vialatte, piano. 2003 et 2018. Livret en français et anglais. 73’28’’. Ciar Classics. CC 003

 

La collection du label du Centre international Albert Roussel (CIAR) s’enrichit un superbe album qui met en perspective des compositeurs pour lesquels le travail sur le son est essentiel : Claude Debussy et Tristan Murail. La pianiste Martine Vialatte est la cheville ouvrière de cette confrontation. 

 

Dans Claude Debussy, la pianiste française livre une interprétation poétique et sensible. Dans une droite ligne de l’école française, elle contrôle l’éclat de la musique tout en préservant l’agogique des pièces. C’est une palette de couleurs subtile qui met en avant la modernité de l’écriture sans en rajouter dans les effets. On aime les contrastes marqués et la richesse des timbres. Il faut dire que Martine Vialatte a choisi d’enregistrer ces préludes avec l’Opus 102, un magnifique piano du facteur français Stephen Paulello. Ce superbe instrument est taillé sur mesure pour l'écriture de Debussy et il restitue au mieux les résonances des notes. Comme le dit justement le livret de présentation, sa sonorité restitue la sensualité capiteuse et mystérieuse de ce cycle majeur de la littérature pour piano. 

 

Face à ce monument musical, on trouve un autre jalon de la modernité : Territoires de l’oubli de Tristan Murail. Cette partition d’un peu moins d'une demi-heure est un complément naturel à Debussy tant le travail sur le matériau sonore rapproche les deux créateurs. Avec Murail, le piano se fait harpe éolienne et présente des couleurs irisées et extatiques, pas si éloignées de Messiaen qui fut le professeur de Murail. L’oreille se plaît à voyager dans un monde sonore inouï par la richesse des timbres et son pouvoir évocateur, comme si elle était plongée dans une immense toile de Rothko. Cette partition est un défi lisztien par la nécessité de construire une interprétation exigeante sur une telle durée. Composée, il y a près de 45 ans, cette partition est un immense chef d'œuvre. On se réjouit de l’entendre à nouveau au disque. 

 

Entre les Préludes et Territoires de l’oubli, Martine Vialatte propose le bref Cloches d’adieu et un sourire. Composée en 1992, cette partition est un hommage à Olivier Messiaen. Le ton des oiseaux est triste et leur chant se perd dans l’écriture pianiste, dans un festival de couleurs contrastées à la fois éclatantes mais sombres. 

 

Cet album, très bien enregistré, est un superbe parcours musical et sans nul doute un disque auquel on reviendra régulièrement. Un enregistrement passionnant qui sort des sentiers battus. 

 

Son 10 - Livret 9 - Répertoire 10 - Interprétation 10

 

 Pierre-Jean Tribot 

 

 

 

émissions de radio

France Musique :

En pistes ! Par Emilie Munera et Rodolphe Bruneau-Boulmier.

21 janvier 2021 : 9h13

France Musique :

En pistes ! Par Emilie Munera et Rodolphe Bruneau-Boulmier.

21 janvier 2021 : 9h13

 

France Culture:

Cécile Gilly  : Émission "MINIATURES

 

Du 17 au 21 décembre 2007 : de 20h50 à 21h 

 

Entretiens avec François-Bernard Mâche et  la pianiste Martine Vialatte, autour de l'enregistrement du CD François-Bernard Mâche / Maurice Ohanna (label Naxos).

 

 

 

articles de presse

Décembre 2006.

Le Monde de la musique

 

Martine Vialatte joue François Bernard Mâche.

2003 Nice Matin

mai 1999 

Nice Matin

1992

Nice Matin

Nice matin 2008

Nice Matin

Nice Matin 2007

1991

Nice Matin

1992

Nice Matin


1991

Nice Matin

Août 1983

New York Times

 1991

Nice Matin

1987

Nice Matin